ITGA Group, filiale du Groupe CARSO, est implantée en Australie et au Canada. Nos équipes sont spécialisées dans les tests amiante. ITGA Group est en mesure de fournir une configuration de test PCM / PLM sur site avec un soutien individuel à tous les projets de désamiantage dans le monde entier, ainsi que des services qui répondent aux besoins de nos clients et la conformité à la réglementation en fonction du pays ciblé pour tout le projet.

La Gazette ITGA Group

En dépit de quelques timides recommandations européennes, l’amiante relève d’abord d’une gestion purement nationale. Pour le moment. Car à éplucher l’actualité internationale, on sent bien que les polémiques et les questionnements qui agitent l’Hexagone n’ont rien d’une spécificité. Ailleurs aussi, l’amiante soulève bien des questions, souvent les mêmes que chez nous.

Comment gérer l’amiante dans les écoles ? Quelles alternatives imaginer au tout enfouissement ? Comment protéger davantage les travailleurs au contact des matériaux amiantés ? Comment prévenir aussi la judiciarisation croissante autour de l’amiante ? Quelques-unes des questions qui animent aujourd’hui nombre d’Etats. Ceux qui ont pris des mesures coercitives à l’encontre du magic mineral, ceux aussi où bien que l’amiante ne soit pas (encore) prohibé, on prend peu à peu conscience des dangers liés à son utilisation.

Grâce à une sélection d’articles saisis sur le net, cette news trimestrielle a vocation à jeter un regard sur la gestion de l’amiante par-delà les frontières. Car si la France apparaît souvent comme la championne du monde de la réglementation amiante -nul autre Etat ne semble être allé aussi loin-, cette revue de presse internationale illustre aussi une réflexion sur le sujet avec des solutions techniques ou réglementaires qui émergent ailleurs aussi.

L’amiante dans les écoles est devenu un marronnier, un de ces sujets qui fleurit régulièrement dans la presse. En France, plusieurs rapports ont ainsi montré la large méconnaissance de l’état du parc immobilier scolaire, avec bon nombre de DTA non mis à jour, voire non réalisés.

La situation n’est pas propre à la France, ailleurs dans le monde, l’amiante des écoles préoccupe aussi la communauté éducative et les parents d’élèves. Qu’importe qu’un matériau amianté ne présente pas de danger lorsqu’il demeure en bon état et qu’on n’y touche pas, face à la pression croissante et constante, des états ou des régions réfléchissent de plus en plus à de véritables stratégies de désamiantage.

Les décès par exposition à des produits chimiques dangereux ont augmenté de 29 % entre 2016 et 2019 selon l'OMS

Les décès par exposition à des produits chimiques dangereux ont augmenté de 29 % entre 2016 et 2019 selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Les produits chimiques dangereux sont présents dans l’air, dans les produits de consommation, dans l’eau ou dans le sol. Ils peuvent provoquer plusieurs maladies dont des troubles mentaux, comportementaux et neurologiques, des cataractes ou de l’asthme et ils peuvent avoir un impact sévère sur la santé des enfants, comme le souligne l’Unicef dans le rapport Toxic Truth.

Ces données réaffirment la nécessité d’une réglementation et d’une gouvernance efficace des produits chimiques.

Source : DownToEarth ( https://www.downtoearth.org.in/news/pollution/deaths-by-exposure-to-hazardous-chemicals-increased-29-between-2016-and-2019-who-77854 )

60 % des écoles galloises contiennent de l'amiante, une préoccupation sanitaire majeure pour le pays

L’amiante a été interdit au Royaume-Uni en 1999, à cause des maladies provoquées par ses fibres. Cependant, on peut en trouver dans de nombreux bâtiments publics, notamment des écoles et des hôpitaux construits ou rénovés au cours du siècle dernier.

Si une partie de l’amiante a été retirée des écoles, la plupart des cas sont surveillés en raison du coût élevé du retrait. Une demande de liberté d’information de BBC Wales montre que plus de 900 écoles sont connues pour contenir de l’amiante, soit au moins 60 % des écoles du pays de Galles.

Les syndicats ont demandé une élimination de l’amiante dans les écoles “intensifiée de toute urgence”. “Nous avons besoin d’un programme progressif, et nous devons débarrasser nos bâtiments publics de ce produit mortel le plus rapidement possible… cela coûtera beaucoup d’argent, mais combien de vies doivent être perdues ?”.

Source : BBC ( https://www.bbc.com/news/uk-wales-58500638 )

Canada : Les médecins s'alarment d'une faille permettant la vente de produits usagés contenant de l'amiante

Les défenseurs de la santé publique et les groupes environnementaux affirment que le gouvernement fédéral doit combler une faille permettant la vente de produits usagés contenant de l’amiante. Cette situation a été signalée cet été à Environnement et Changement climatique Canada, mais aucune mesure n’a été prise.

Compte tenu du risque toxique représenté par ces ventes, les experts de la santé exhortent les autorités à combler cette faille.

Source : SASKTODAY.CA ( https://www.sasktoday.ca/national-news/doctors-alarmed-by-loophole-allowing-sale-of-used-asbestos-products-4506529 )

Espagne : Sidenor et Cofivacasa condamnées à payer une majoration de 50 % pour un décès lié à l'amiante

Un tribunal de Donostia a condamné Cofivacasa et Sidenor Industrial à payer une surtaxe de 50% sur toutes les prestations de la Sécurité sociale aux héritiers d’un travailleur qui effectuait des tâches de maintenance alors qu’il était encore mineur et qui est décédé en 2015 d’un adénocarcinome pulmonaire résultant de son exposition à l’amiante.

L’Association des Victimes de l’Amiante d’Euskadi (ASVIAMIE) précise que la sentence qui condamne Cofivacasa et Sidenor Industrial détermine dans ses conclusions que ” l’entreprise n’a réalisé aucune des actions auxquelles elle était obligée, qu’aucun examen médical n’a été réalisé pour détecter les conséquences de l’amiante et qu’il n’a pas été possible de réaliser une surveillance sanitaire post-professionnelle “.  

Source : NOTICIASDEGIPUZKOA (https://www.noticiasdegipuzkoa.eus/economia/2021/10/04/condenan-pagar-recargo-50-muerte/1146101.html )

Les députés européens s'unissent pour protéger les travailleurs de l'amiante toxique lors d'un "vote historique"

L’amiante est à l’origine de 30 000 à 90 000 décès par an en Europe et a été reconnu comme “l’un des plus importants défis en matière de santé au travail en Europe”. C’est pourquoi le 19 octobre, une large majorité du Parlement européen a voté en faveur de l’adoption d’un rapport sur la réduction des risques pour la santé des travailleurs exposés à cet agent cancérigène très dangereux.

Cette décision entraînera une vague de rénovation pour le désamiantage, tout en protégeant les travailleurs de la construction.

Source : EUROACTIV ( https://www.euractiv.com/section/health-consumers/news/meps-unite-to-protect-workers-from-toxic-asbestos-in-historic-vote/ )

Sydney : la peur de l'amiante incite les syndicats à demander un renforcement des contrôles aux frontières

L’amiante, autrefois largement utilisé dans la construction en Australie, est interdit dans le pays depuis 2003 en raison des problèmes de santé qu’elle provoque.

Malgré cela, USG Boral, un important fournisseur de matériaux de construction, a récemment découvert de “faibles niveaux” d’amiante dans des produits qu’il avait importés de Chine. En outre, l’Australian Border Force (ABF) a été priée d’intensifier les contrôles aux frontières pour détecter la présence d’amiante dans les matériaux de construction.

Source : NEWS.COM.AU ( https://www.news.com.au/finance/work/at-work/sydney-asbestos-scare-prompts-union-call-for-increased-border-screening/news-story/f8c86a68bbb227c0aaba5b90a9281bf9 )

Canada : les travailleurs canadiens sont inégalement protégés contre l'exposition à l'amiante

Une étude menée par l’Association canadienne de normalisation (CSA) a révélé que, malgré le cadre réglementaire canadien relatif à l’amiante, le pays a encore beaucoup de chemin à parcourir.

L’établissement d’une norme nationale a été demandé pour :
– aider à favoriser la cohérence de la gestion de l’amiante entre les juridictions ;
– harmoniser les règlements et les pratiques à travers le pays ;
– établir des niveaux de formation et de compétence minimale ;
– soutenir les efforts visant à assurer la conformité.

Source :  DailyCommercialNews ( https://canada.constructconnect.com/dcn/news/ohs/2021/10/canadian-workers-unequally-protected-against-asbestos-exposure )

Cambodge : Communiqué de presse : EuroCham Cambodge demande une action rapide et l'interdiction de l'importation d'amiante au Cambodge

Les membres d’EuroCham Cambodge (Chambre de commerce et d’industrie) ont annoncé le 27 septembre, lors d’une conférence, leur soutien à l’interdiction de l’utilisation de l’amiante dans le pays. Cette décision a été prise en réponse à la pression mondiale pour réduire son utilisation dans l’industrie de la construction. Ainsi, de nombreuses mesures seront mises en place dans les mois à venir.

Source : UnionAidAbroad ( https://www.apheda.org.au/eurocham-cambodia-urges-action-on-asbestos/ )

L'Italie : un exemple de l'efficacité de l'interdiction de l'amiante

Une étude menée par le JAMA Network a révélé que les décès dus au mésothéliome ont continué à augmenter dans le monde entier malgré l’interdiction de l’amiante. Certains pays ont réussi à réduire le nombre de décès, comme l’Italie, depuis l’interdiction de l’amiante en 1992, tandis que d’autres, comme les États-Unis, progressent au ralenti.

Source : MesotheliomaGuide ( https://www.mesotheliomaguide.com/community/italy-asbestos-ban-works/ )

Les membres du parlement européen appellent à l’élimination complète de l’amiante cancérigène

Les députés demandent à la Commission européenne de définir une stratégie européenne pour l’élimination complète de l’amiante et encouragent tous les États membres à adopter des plans d’action nationaux pour mettre en œuvre cette stratégie.

Selon l’eurodéputée française Véronique Trillet-Lenoir, les actions menées dans le cadre du Pacte vert européen pour rénover 35 millions de bâtiments inefficaces dans l’UE d’ici 2030 offrent l’opportunité de désamianter et d’éradiquer le danger.

En outre, il est souligné que l’UE, en collaboration avec les organisations internationales et les pays tiers, devrait travailler pour parvenir à une interdiction mondiale de l’amiante.

Source :  EURACTIV.COM ( https://www.euractiv.com/section/health-consumers/news/meps-are-calling-for-complete-elimination-of-cancer-causing-asbestos/ )

La détection de l’amiante va se systématiser en Flandre

Interdit depuis 2001 en Belgique, l’amiante reste omniprésent dans le bâtiment. En Flandre, le dispositif légal autour de ce matériau qui tue encore 700 personnes par an en Belgique se resserre.

A partir de 2022, toutes les transactions immobilières réalisées dans la région devront être assorties d’un “certificat amiante” à l’instar de ce qui existe en France avec le diagnostic amiante, de l’activité en perspective pour la recherche et l’identification d’amiante. À ce stade, on peut estimer qu’il manque encore 500 inventoristes. Le nouveau cadre établi par Bruxelles Environnement, qui impose un prélèvement dans les plafonnages muraux renfermant parfois de l’amiante, devrait booster le marché de l’analyse de l’amiante. 

Source : LECHO.BE ( https://www.lecho.be/entreprises/construction/la-detection-de-l-amiante-va-se-systematiser-en-flandre/10333495.html )

La Colombie submergée par l’amiante, il faut remplacer ce matériau cancérigène !

En janvier dernier, le gouvernement colombien a promulgué une loi interdisant l’utilisation de l’amiante dans le pays.

Cependant, aujourd’hui en Colombie il y a encore :
– plus de 300 millions de mètres carrés de tuiles contenant de l’amiante ;
– 3,5 millions de véhicules roulant dans le pays, avec des produits de freinage fabriqués à base de ce matériau.

Maintenant que la loi est promulguée, le nouveau défi pour le pays est d’anticiper le remplacement de l’amiante et d’éviter que le matériau ne se détériore trop.

Source : RNCRADIO ( https://www.rcnradio.com/estilo-de-vida/medio-ambiente/colombia-esta-inundada-de-asbesto-y-se-requiere-sustituir-este )

L’amiante : une préoccupation récurrente aux JO

L’accueil des Jeux olympiques nécessite une construction et une rénovation coûteuse de bâtiments pour accueillir les événements sportifs. Cependant, avec ces projets de construction, l’exposition à l’amiante est souvent une menace.

En 2017 par exemple, des responsables japonais ont évoqué des produits contenant de l’amiante dans deux sites olympiques. De plus, les JO de Londres ont déclenché des protestations lorsqu’un centre d’entraînement de basket-ball a été construit au-dessus d’une ancienne décharge remplie d’amiante utilisée après la Seconde Guerre mondiale.

Plus récemment, la construction d’une nouvelle ligne de métro à Paris pour relier le Village des Athlètes au nord de Paris à la banlieue a été retardée en raison du désamiantage.

 Source : EURACTIV.COM ( https://www.euractiv.com/section/health-consumers/news/meps-are-calling-for-complete-elimination-of-cancer-causing-asbestos/ )

Espagne – Les communes devront éliminer l’amiante de plus grand risque avant 2028

La future nouvelle loi sur les déchets et les sols contaminés préparée par le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique, qui est en cours de préparation parlementaire, obligera les communes à retirer les amiantes les plus risquées avant 2028.

Dans un délai d’un an à compter de l’entrée en vigueur de la norme, les communes devront établir un recensement des sites et infrastructures qui disposent de ce matériel cancérigène et un calendrier qui prévoit son élimination.

Source : 20MINUTOS.ES ( https://www.20minutos.es/salud/enmienda-amianto-ley-residuos-suelos-contaminados-ayuntamientos-eliminacion-2028-4823022/ )

La ville de San Diego risque jusqu’à 80 millions de dollars d’amende à cause de l’exposition à l’amiante des pompiers

En février 2019, NBC7 Investigates a obtenu des documents internes du service d’incendie de San Diego qui montraient que la ville avait retardé la résolution d’un problème connu d’amiante à l’académie des incendies, exposant des milliers de pompiers à l’amiante et au plomb.

L’Air Pollution Control District (APCD) a envoyé une lettre d’offre de règlement à la ville, montrant que celle-ci pourrait faire face à des amendes allant de 10 000 $ à 500 000 $ par jour pendant 160 jours, ce qui pourrait totaliser plus de 80 millions de dollars.

Source : NBC7SANDIEGO.COM (https://www.nbcsandiego.com/news/investigations/san-diego-faces-up-to-80-million-in-fines-related-to-firefighter-asbestos-exposure/2660447/ )

Canada : l’industrie de l’amiante attise les flammes du ressentiment

La question de l’amiante est de retour à l’ordre du jour des gouvernements québécois et canadien, avec des projets de plusieurs milliards de dollars pour extraire le magnésium et d’autres minéraux des montagnes de déchets laissées par les sociétés minières d’amiante. Selon les autorités sanitaires du gouvernement du Québec, les déchets contiennent jusqu’à 40 % d’amiante.

Une fois de plus, ces projets mettent en lumière l’ambiguïté qui existe entre les preuves scientifiques du danger et l’intérêt économique entourant l’industrie de l’amiante.

Source : NATIONALOBSERVER.COM ( https://www.nationalobserver.com/2021/08/17/opinion/asbestos-industry-fanning-flames-resentment )

Espagne : La Navarre reste concentrée sur ses objectifs d’éradication de l’amiante

José María Aierdi, le ministre de l’Aménagement du territoire, du Logement, du Paysage et des Projets stratégiques de Navarre a été interrogé sur les mesures qu’il va adopter pour détecter et éliminer l’amiante du territoire.

Malgré la pandémie de Covid et ses conséquences sur l’évolution des politiques publiques, Le Ministre a souligné sa détermination à éradiquer le matériel. Selon lui, « la Navarre a été pionnière dans l’approbation du Plan directeur pour l’élimination de l’amiante ». Il ajoute également que l’exposition à l’amiante doit être prise en compte dans la répartition des fonds du Plan de Relance, de Transformation et de Résilience (PRTR).

Source : NAVARRA.COM ( https://navarra.elespanol.com/articulo/politica/amianto-aierdi-psn/20210805142849374095.html )

Alaska - L'administration de Dunleavy intervient pour aider Chevak à éliminer l'amiante

Le gouverneur de l’Alaska, Mike Dunleavy, a demandé au Département de la conservation de l’environnement de l’Alaska, Division de la prévention et de l’intervention en cas de déversement (SPAR) d’allouer jusqu’à 2,5 millions de dollars pour l’élimination en toute sécurité de l’amiante laissée après l’incendie d’un bâtiment scolaire abandonné à Chevak plus tôt cette année.

 

« Le manteau neigeux recouvrant l’amiante fond à Chevak et une fois qu’il aura disparu, la contamination deviendra un risque potentiel pour la santé de la communauté », a déclaré le gouverneur Dunleavy.

Source : ALASKANATIVENEWS.COM ( https://alaska-native-news.com/dunleavy-administration-steps-in-to-assist-chevak-with-asbestos-removal/55659/ )

Afrique du Sud : moins de 14 mois pour identifier l’amiante, planifiez son enlèvement !

Building Owners ont eu 18 mois à compter de novembre 2020 pour identifier l’amiante sur leurs bâtiments et rédiger un plan d’inventaire et de gestion visant à enlever l’amiante endommagé par un entrepreneur enregistré en amiante.

Le Règlement sur la réduction de l’amiante 2020 s’applique à tous les propriétaires d’immeubles.
Cela comprend :
– Maisons,
– Ecoles,
– Usines,
– Entrepôts,
– Bureaux,
– Centres commerciaux,
– Complexes résidentiels
– Et tous les bâtiments industriels.

Source : BIZCOMMUNITY ( https://www.bizcommunity.com/Article/196/570/214157.html )

Les importations américaines d'amiante ont considérablement augmenté en 2020

300 tonnes d’amiante chrysotile brut ont été importées aux États-Unis en 2020, doublant presque la quantité par rapport à 2019 !

L’industrie chloralkali représentait 100 % des importations pour produire du chlore.
L’amiante est utilisé dans 1/3 de la production de chlore aux États-Unis, qui représentait 3,6 millions de tonnes métriques en 2019.

Utilisées pour l’assainissement, la désinfection et l’antisepsie, les applications du chlore peuvent varier à travers la chloration de l’eau, l’eau de Javel, l’assainissement public, éviter les infections contagieuses, traiter la putréfaction.

Ainsi, diriez-vous que le COVID -19 a entraîné cette augmentation de l’amiante importé pour produire plus de chlore pour les produits d’assainissement?

Source : Asbestos.com (https://www.asbestos.com/news/2021/03/15/asbestos-imports-increase-2020/ )

La plage Little Bay de Sydney fermée pendant deux semaines après la découverte d'amiante

Des morceaux d’amiante contenant des matériaux trouvés sur la plage de Little Bay à Sydney. Selon le Conseil, la plage pourrait avoir été utilisée comme site de déchargement.

Un résident local a découvert la substance dangereuse pour la première fois sur Little Bay Beach, dans la banlieue est de Sydney, en août de l’année dernière, et le conseil municipal de Randwick a déclaré qu’il «continuait» d’en trouver davantage.

Source : ABC.NET (https://www.abc.net.au/news/2021-04-22/little-bay-beach-closed-for-asbestos-investigation/100086614 )

De l'amiante trouvé dans plus de 100 écoles du Queensland et la recherche est toujours en cours, révèle le ministre de l'Éducation.

Pour supprimer l’amiante, le gouvernement du Queensland a dépensé plus de 40 millions de dollars dans 587 écoles en 2017-2020, mais les audits se poursuivent et plus de 100 écoles ont été nettoyées au cours du dernier exercice.
Combien y en a-t-il encore ? Les nouvelles données ont été révélées dans une réponse de la ministre de l’Éducation, Grace Grace, à une question sur avis déposée au Parlement. Mme Grace a déclaré dans sa réponse que la sécurité des étudiants, du personnel et des visiteurs était la priorité absolue du département. 

Source : ABC.NET (https://www.abc.net.au/news/2021-04-25/asbestos-found-at-100-queensland-schools/100093220 )

Ukraine : La guerre de l’amiante, sur le point de prendre fin ?

Depuis 2017, l’Ukraine tente d’interdire l’amiante et de prouver ses effets négatifs sur la santé sans succès. Cette lutte a été ralentie par les lobbyistes pro-amiante et surtout par la Russie, son ancien allié et 21e producteur mondial de chrysotile.

Toutefois, pour parvenir à l’adhésion à l’Union européenne, l’Ukraine doit respecter ses obligations en matière de santé publique, dont la mise en œuvre de mesures de sécurité contre l’amiante.

L’Ukraine parviendra-t-elle enfin à interdire l’amiante grâce à son évolution géopolitique ?

Source : http://ibasecretariat.org/lka-ukraine-s-asbestos-war.php

Australie - Vers une interdiction des plans de travail en pierre artificielle en raison d’amiante

Les experts de la santé mettent en garde contre une autre crise semblable à celle de l’amiante, à moins que l’Australie n’interdise la fabrication de pierre artificielle, populaire pour les plans de travail de cuisine.

Le National Dust Diseases Taskforce envisage d’interdire le produit – une interdiction qui, selon une coalition de syndicats et de groupes médicaux, aidera à sauver des vies.

Source : ABC.NET  (https://www.abc.net.au/radionational/programs/breakfast/artificial-stone-benchtops-ban-silicosis-new-asbestosis/13308004 )

Johnson & Johnson : Un procès en cours contre sa poudre pour bébé

Aujourd’hui, Johnson & Johnson est l’une des plus grandes entreprises de soins de santé au monde. En 2018, la société a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 81,6 milliards de dollars dans le monde. Un an plus tôt, J&J a commencé à faire face à des poursuites judiciaires pour exposition à l’amiante par du talc pour bébé contaminé.

Dates clés :

  • Février 2021 : Johnson & Johnson met de côté 3,9 milliards de dollars pour des litiges liés au talc.
  • Mai 2020 : Johnson & Johnson annonce qu’elle terminent les ventes de sa poudre pour bébé à base de talc aux États-Unis et au Canada.
  • 2017 : Des preuves ont montré que l’entreprise savait que ses produits en poudre de talc contenaient de l’amiante depuis le début des années 1970

Source :  Asbestos.com  (https://www.asbestos.com/companies/johnson-johnson/ )

Actualités Espagnoles : Un fonds national d’indemnisation de l’amiante voté par le Parlement espagnol !

Une proposition des parlementaires basques, approuvée à la quasi-unanimité par le Parlement espagnol, créera un fonds national d’indemnisation de l’amiante. 

Ce fonds d’indemnisation sera calqué sur des fonds similaires qui existent déjà dans d’autres pays européens comme la France, les Pays-Bas ou la Belgique. Il accordera une indemnisation aux milliers de travailleurs blessés pour reconnaître l’incapacité de l’État à prendre des mesures pour minimiser le risque d’amiante.

La Société espagnole de pneumologie et de chirurgie thoracique (Sociedad Española de Neumología y Cirugía Torácica (SEPAR) ) a souligné que d’ici 2050, l’amiante aurait pu causer 130.000 décès en Espagne si des mesures ne sont pas prises pour prévenir l’exposition à l’amiante.

Source : http://ibasecretariat.org/lka-addressing-spains-asbestos-legacy.php

José María Íñigo est décédé des suites de l'inhalation d'amiante à TVE

La décision du tribunal déclare que le présentateur légendaire est décédé d’une maladie professionnelle due à une exposition à l’amiante qui couvrait certaines des études de Prado del Rey.

Le magistrat du tribunal social numéro 2 de Madrid déclare que le présentateur populaire de la télévision espagnole José María Íñigo est décédé des suites de l’amiante qu’il a inhalé dans l’exercice de ses fonctions.

Íñigo a travaillé pendant de nombreuses années dans ces études à Prado del Rey, qui à partir de 2011 ont commencé à être réhabilité ou démoli lors de la vérification de l’existence de ce minéral utilisé dans la construction et très dangereux pour la santé.

Source : www.lavozdegalicia.es 

Newletter

Newsletter-FR

  • Les champs suivis d'une * sont obligatoires
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.